Fromages, charcuteries, fruits et légumes et mousseux conquièrent la France

La croissance du Made in Italy se poursuit sans relâche et la France se confirme, encore une fois, le deuxième marché de destination pour l’export italien.

La croissance du Made in Italy se poursuit sans relâche et la France se confirme, encore une fois, le deuxième marché de destination pour l’export italien.

En quinze ans, l’export agroalimentaire Made in Italy en France a en effet doublé passant de 2,1 à 4,19 milliards (+98%). Une meilleure performance n’a été enregistrée qu’aux USA (+119%). Une tendance qui devrait continuer en 2022, vu que dans les premiers huit mois les ventes de produits italiens en France ont marqué un +6,6%. Dans le sillage de ces chiffres, « Federalimentare » estime qu’en la fin d’année on attendra au nouveau record de 4.2 milliards de chiffre d’affaires français, avec une prévision prudente à +5%.

Les raisons de ce succès ? La proximité géographique et surtout la haute compétence moyenne des consommateurs français vis-à-vis des produits de qualité, même là où une production intérieure forte existe, comme dans le cas du lait ou des vins.
Récemment, le cas, enregistré en France, du dépassement des consommations de mozzarella par rapport à celles de Camembert, l’un des symboles de la gastronomie italienne et l’un des fromages français les plus connus. En effet, au cours des six premiers mois de 2021, Bufala Campana Dop a augmenté sur le marché français de 28% par rapport à la même période de 2019, c’est-à-dire à l’ère pré-Covid.

L’évolution positive ne concerne pas que la consommation de mozzarella mais s’étend à tout le secteur des fromages qui a été marqué sur les premiers huit mois de 2021 par une accélération des ventes et par une augmentation du 11% par rapport à 2020.

Les Français, selon « Assolatte « , sont de grands producteurs de fromages mais ils apprécient la diversité de notre production laitière. En effet, au sommet des achats, il y a nos fromages frais, comme le mascarpone, la burrata, la mozzarella et le grana, qui est très apprécié et exporté même dans sa version râpée.

Non seulement des fromages mais aussi de la charcuterie, des fruits et légumes et surtout des vins et des vins mousseux, les secteurs touchés par le boom de l’export agroalimentaire made in Italy.

FRUITS ET LÉGUMES

En ce qui concerne le secteur des fruits et légumes, la France a été pénalisée par la vague de gel printanier. Comme en Italie, La France a subi de nombreux dommages sur la production directe de fruits et légumes et, surtout, sur marché intérieur. Pour cette raison, Paris a dû se replier sur les importations et, en particulier, sur les importations italiennes.

Les importations de fruits fabriqués en Italie en France au cours des huit premiers mois de 2021 ont connu une croissance de 8,6% (126,1 millions). Très bien le kiwi italien (+29%), le raisin de table (+33%), les pommes (+14%) et les fruits secs (+68,2%). Sont exclus de ces données les agrumes, qui ont une position tarifaire distincte et ont enregistré une croissance de 23,7%.

CHARCUTERIE

Les Français sont de grands producteurs, des consommateurs