La Chambre de Commerce Italienne de Nice devient membre de l’Euro C.I.N-GEIE Alpes-Méditerranée.

dans économie

L’assemblée du groupe européen d’intérêt économique s’est réunie à la Chambre de Commerce de Cuneo ; Cette rencontre a vu l’entrée officielle en son sein de la Chambre de Commerce Italienne de Nice, outre à l’introduction de quelques amendements statutaires visant à alléger les activités de l’organisme. L’arrivée de la Chambre de Commerce Italienne de Nice au sein de l’Euro C.I.N GEIE Alpes-Méditerranée, a été conclue hier durant l’assemblée du groupe à la Chambre de Commerce de Cuneo, dans l’optique d’une synergie toujours plus grande avec la France.

Premier groupe européen d’intérêt économique entre les Chambres de Commerce transfrontalières, l’EURO C.I.N. GEIE a été créé en 1994 à l’initiative des Chambres de Commerce de Cuneo, Imperia et Nice. Ces dernières années de nombreuses structures publics et privés du côté italien ainsi que français, y ont adhéré. Le GEIE devient ainsi une importante réalité transfrontalière, un interlocuteur privilégié ainsi qu’un important outil de cohésion de la région économique des Alpes-Méditerranée.

L’assemblée, présidée par Gilbert Stellardo de Nice, a été également l’occasion de faire connaître l’intérêt de la part du Département des Alpes Maritimes et de la Chambre de Développement Économique de Monte-Carlo à l’égard du groupe, manifesté dans l’esprit d’association qui unit ces territoires à la candidature au Patrimoine mondial de l’Unesco.

“Une importante réalité” – affirme Ferruccio Dardanello, président de l’EURO C.I.N. GEIE – créée il y a 22 ans d’après une intuition qui, avec le temps, nous a permis de collaborer en synergie et de construire ensemble le grand rêve de nouvelles régions d’Europe. Notre engagement se concrétise par la proposition de nouvelles stratégies offertes aux entreprises avec de nouvelles opportunités de développement, par la promotion d’une réalité économique en mesure de dépasser les frontières”.

Après l'approbation de plusieurs amendements aux Statuts, nécessaires pour rendre plus souple l’activité du groupe, au cours de l’assemblée ont été présentées les activités menées l’année dernière et celles en cours de réalisation ; notemment, le soutien à la candidature au patrimoine mondiale de l’Unesco de l’espace transfrontalier “Alpes-Méditerranée”, présenté par les territoires des parcs italiens Alpes Maritimes, Alpes Ligures et Marguareis, par le parc français du Mercantour et par l’espace côtier de la Ligurie de l’ouest avec la l’espace protégé de Villa Hanbury.

Source: Grandain.com 

Nice Côte d’Azur, l’aéroport des records

dans économie

L'Aéroport de Nice Côte d'Azur a atteint les 12 millions de passagers en 2015, battant ainsi tous les records précédents. Un résultat important pour cette escale, construite sur la mer à seulement 6 km du centre historique de Nice, qui se confirme comme la deuxième plateforme d’Europe et pas seulement pour le tourisme. La Côte d’Azur, avec ses évènements d’envergure internationale et ses pôles technologiques, attire en effet également un nombre important de voyageurs qui se déplacent pour le travail et pour faire affaires. 

Les gestionnaires de l’aéroport ne lésinent pas, étant donné qu’ils ont annoncé battre un nouveau record pour l’été 2016, c’est-à-dire le nombre de destinations. On compte au moins 9 nouveaux trajets : en plus de Bergerac, de nouvelles destinations sont prévues, sur la Méditerranée (Palerme, Mykonos, Cagliari), l’Europe de l’Est (Varsovie, Budapest) et l’Europe du Nord, (Ostende et Billund, auxquelles s’ajoute la nouvelle ligne directe Nice-Reykjavík, qui crée des perspectives intéressantes pour les vols à bas prix vers l’Amérique du Nord).

D’ici l’été 2016, l'objectif de l’Aéroport de Nice Côte d'Azur est de proposer 107 destinations dans 37 pays avec 62 compagnies régulières, rendant toute l’Europe accessible sans escales. 

Dans l’attente d’un nouveau record du nombre de voyageurs, les travaux de requalification de deux terminaux ont commencé, ayant pour objectif d’étendre l’offre commerciale, d’améliorer le confort et de fluidifier les parcours pour les passagers. Il convient de souligner que fin 2017, avec l’entrée en fonction de la ligne 2 du tramway, l’aéroport sera relié directement avec le centre-ville de Nice et avec le pôle multimodal Grand Arénas, permettant aux passagers de rejoindre facilement les gares, les lignes de bus urbaines et interurbaines et le port de Nice.

Comme l’explique Dominique Thillaud, Président du Comité Exécutif du Groupe Aéroports, “notre mission de renforcement des rapprochements directs contribue au développement de l’attractivité de notre territoire”. L'Aéroport de Nice joue donc un rôle déterminant pour la croissance de l’ économie de la région, grâce à un cercle vertueux qui comprend également la Ligurie : par ailleurs, l’escale se situe à 155 km de Savone et à 91 km d’Imperia, et un nombre important de demandes s’est développé dans la Riviera dei Fiori, estimé environ à 400  000 passagers, entre les départs et les arrivées. Une occasion à saisir autant pour les entreprises italiennes à l’ouest de la Ligurie que pour celles du Piémont, si les administrateurs locaux continuaient à entretenir des relations économiques de plus en plus étroites avec la Chambre de Commerce Italienne de la Côte d’Azur. 

Reprise de la croissance du secteur immobilier azuréen

dans économie
Au cours de l’année 2015 le secteur immobilier azuréen a enregistré une petite mais significative reprise: une croissance qui interrompt la tendance négative des quatre dernières années et qui fait espérer une relance du secteur.
Voici quelques données: selon la FNAIM 06, cette reprise d’activité, timide mais constante, est estimée à + 5% au premier trimestre 2015, avec une prévision de globalement +10% à la fin de l’année. Selon Frédéric Pelou, Président de la FNAIM 06, une telle croissance ne s’était pas manifestée depuis 2008, année qui a vu le début de l’une des crises les plus durables et incisives des dernières décennies.
Cette croissance est due principalement à deux facteurs: en premier lieu, la baisse des taux, et les conditions favorables d’accès aux financements immobiliers appliquées par les banques, favorisant notamment l’achat de résidences principales. Le deuxième facteur concerne le prix moyen de vente, qui n’a subi qu’une baisse négligeable par rapport à d’autres localités. Ce qui signifie que cette place est stable et qu’un investissement immobilier dans le département reste, bien qu’à long terme, avantageux en termes de plus-value.
Qui sont les acheteurs et quels biens acquièrent-ils? Une première analyse fait apparaître que la plus forte hausse concerne la clientèle locale qui investit dans une première habitation, de préférence dans un 2/3 pièces. Un autre aspect important concerne la reprise des acquisitions de résidences secondaires, surtout orientées vers des biens de petites dimensions, les studios, pour lesquels la Côte d’Azur n’a d’ailleurs jamais cessé d’être attractive: cette tranche du marché immobilier n’a en effet jamais connu les lourdes pertes de 20 à 30% enregistrées dans d’autres localités touristiques, comme par exemple, sur la Costa del Sol.
Pour terminer, où est-il préférable d’acheter? Le marché le plus intéressant est celui de Nice, une ville dynamique qui n’a de cesse d’investir dans les services et l’innovation. A ne pas perdre de vue dans l’immédiat, les quartiers intéressés par la nouvelle ligne de tram qui reliera, avant fin 2017, le port et l’aéroport: La réévaluation du patrimoine immobilier résidentiel et commercial y est estimée à environ 20%.
En particulier pour le nouveau quartier administratif Grand Arénas, en position stratégique entre l’aéroport international Nice CA et le pôle multimodal Nice Saint-Augustin, où est prévu la construction du plus grand Centre des Congrés d’Europe.
Il est également conseillé de suivre et d’évaluer les retombées potentielles du projet qui va révolutionner la plaine du Var, l’Eco Vallée.
En conclusion, après une baisse qui n’a cependant jamais atteint des niveaux dramatiques, le secteur immobilier de la Côte d’Azur, reprend une tendance croissante grâce au rétablissement de la confiance des investisseurs, sensibles à la stabilité du marché et au développement, sur ce territoire, d’importants projets innovants.

 

Article publié sur le N°111 du magazine éItalia

10 raisons pour lesquelles une entreprise devrait être présente sur les réseaux sociaux.

dans économie

Les réseaux sociaux sont désormais des voies officielles de communciation incontournables pour les entreprises et les institutions. S’il reste un instrument utile pour la consultation des services ou catalogue de produits, le site internet est désormais intégré par des outils perrmettant l’intéraction avec le public, moyennant le partage des contenus: blog, forum, réseaux sociaux, vidéos et photos sharing, pour n’en citer que quelques uns.

Le monde de la communiucation ‘sociale’ est complexe et en évolution permanante: d’où l’importance, pour l’entreprise, d’élaborer un projet de communication qui définit clairement les objectifs de sa présence sur le web et la stratégie à mettre en place.

Bruno Valentin, co directeur de l’agence de Conseil en Communication Pôle Company, a indiqué les 10 raisons pour lesquelles il faut être présent sur d’importants réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Pinterest, YouTube, Instagram, Google plus etc
Une précieuse liste que toute entreprise devrait toujours respecter! Et si vous n’êtes pas encore présent sur ces réseaux, voici dix bonnes raisons pour combler cette lacune.


1) Moderniser la communication. Une entreprise présente sur les réseaux sociaux démontre d’être dans l’air du temps et en ligne avec les attentes de la clientèle qui utilise au quotidien cet outil pour trouver des informations.

2) Conquérir de nouveaux marchés. Chaque jour, des centaines de milions d’utilisateurs se connectent sur la toile: les réseaux sociaux sont désormais partie intégrante de notre mode de vie. Ce n’est en effet pas un hasard si les grandes multinationales les utilisent et offrent au public la possibilité d’intéragir. Les réseaux sociaux peuvent vous aider efficacement à approcher de nouveaux marchés.

3) Développer son business Les réseaux sociaux sont désormais l’un des plus importans outils de marketing. S’ils sont utilisés à bon escient, ils peuvent accroître votre popularité sur le net et l’intéraction avec vos clients, et ainsi participer au développement de votre activité.

4) Fidéliser les clients, outre en approcher de nouveaux, c’est le défi principal de toute entreprise. Les réseaux sociaux vous permettent de créer un lien fort avec votre clientèle, en maintenant un contact permanant, en offrant des services et des promotions en exclusivité, en fournissant des informations en temps réel et en sollicitant un avis sur les produits et services proposés. Un client fidélisé est le meilleur véhicule publicitaire de votre produit.

5) Gérer en ligne la réputation de l’entreprise. L’image et la notoriété d’une marque se développent en réseau grâce à ce que les utilisateurs en disent. Selon une récente étude de Nielsen, 53% des consommateurs français font confiance à l’avis des internautes avant d’acheter un produit ou un service. L’entreprise présente sur les réseaux sociaux peut gérer son image, diffuser des contenus, recueillir les commentaires et suivre les discussions la concernant.

6) Renforcer les échanges sur le web. Les réseaux sociaux canalisent un flux plus important d’utilisateurs vers le site web de l’entreprise, générant ainsi un cercle vertueux: plus de connections sur le site web signifie une meilleure position sur les moteurs de recherche.

7) Optimiser la présence du site web sur les moteurs de recherche L’objectif des stratégies SEO (Search Engine Optimization) est de permettre aux utilisateurs d’accéder rapidement aux informations moyennant des mots clés établis. Pour une entreprise, il est fondamental d’apparaître sur la première page des moteurs de recherche qui la référence. Sa présence sur les réseaux sociaux augmente cette possibilité.

8) Créer un univers autour des produits et des services. Le consommateur qui achète en ligne ne recherche pas seulement un produit; il veut faire partie de l’univers représenté par la marque, découvrir des nouveautés, participer directement. Lui dévoiler certains détails des coulisses, partager avec lui l’atmosphère de l’entreprise, l’inviter à intéragir; tout cela renforce le lien avec le client.

9) Construire une nouvelle relation avec les clients et les utilisateurs. Grâce aux réseaux sociaux le consommateur est conscient du pouvoir qu’il détient: il peut exprimer une opinon en temps réel et atteindre des centaines, voire des milions de personnes en un seul clik; c’est pour cette raison qu’il n’accepte plus, passivement, ce qui lui est proposé. Être à l’écoute du client devient donc fondamental pour l’entreprise, ainsi que savoir ce que disent les internautes afin de rectifier sa politique d’entreprise le cas écheant.

10) Penser à une stratégie de communication globale. La communication sur les réseaux sociaux est importante, bien que se ne soit pas la solution à tout. Il faut penser à une stratégie qui utilise des outils diverses et complémentaires, pour une communication le plus efficace possible.

Tiré de l’article, “Votre entreprise sur les réseaux sociaux ? Oui! Mais Pourquoi?” de Bruno Valentin , paru sur L’Avenir Côte d’Azur, n° 2249 du 02 octobre 2015.

Téléchargez notre MEDIA KIT

A Monaco, on construit sur la mer. En 2016 débuteront les travaux du nouveau quartier Anse du Portier.

dans économie

En Principauté de Monaco, la demande d’espaces habitables, commerciaux et publiques n’a pas de répit, et le petit Etat donnant sur la Méditerranée fait face au problème part un défit d’envergure: construire sur la mer.
Le traité de concession du projet d’urbanisation en mer a été signé le 30 juillet dernier en présence du Ministre d’Etat de la Principauté, Michel Roger, et des représentants des entreprises de construction.
Car sur les deux kilomètres carrés environ de superficie, enclavés entre mer et montagne, et avec une densité de 17.000 habitants/m2, l’espace pour de nouvelles constructions se fait désormais rarissime, et l’expansion vers la mer est devenue une nécessité.
A Monaco ce n’est d’ailleurs pas une nouveauté; il suffit de penser aux terre-pleins du Sporting et de Portier, ou au quartier de Fontvieille, pour un total de 40 hectares, représentant 20% de la superficie totale de la Principauté.
Le nouveau territoire pris à la mer ajoutera six hectares avec 60.000 m2 de superficie édifiée, et  accueillera un quartier résidentiel avec des appartements de luxe, des activités commerciales et des bureaux. En outre, une promenade piétonne est prévue sur le nouveau bord de mer, ainsi qu’une place centrale et une marina avec 40 ancrages.
Le coût du nouveau quartier, qui s’étendra près du quartier du Portier, avoisine les deux milliards d’euros, totalement financés par la société privée qui a gagné l’appel d’offre, la “SAM Anse du Portier”, regroupant plusieurs entreprises de constructions locales, coordonnées par Bouygues Travaux Publics.
Les travaux débuteront en 2016 pour une durée d’environ dix ans: Le chantier commencera par la réalisation d’un terre-plain délimité par une ceinture de protection de caissons de ciment ancrés sur le fond marin. Afin de contenir l’impact environnemental de cette phase, étant donné que le quartier s’élèvera exactement sur le site de la marina de Larvotto, des mesures inédites sont prévues afin de protéger la faune et la flore de la pollution environnementale et acoustique.
En outre, afin de confirmer la vocation verte du projet, des critères et des matériaux écologiques seront utilisés, et de vastes aires publiques, parmi lesquelles un parc d’environ un hectare,
garantiront l’harmonisation du quartier avec le paysage de la Principauté.
L’Italie est également partie prenante dans la réalisation du projet : l’architecte Renzo Piano signera en effet l’édifice principal du nouveau port, une mission de prestige qui confirme combien les compétences et la créativité italiennes sont appréciées dans le monde entier.
La CCItalienne, de par sont expérience et sa connaissance du territoire, met tout en oeuvre afin de soutenir les entreprises italiennes prêtes à cueillir les nouvelles opportunités que le chantier de Monaco créera ces dix prochaines années.

Les Coopératives existe-elles en France?

dans économie

En Italie, les Sociétés Coopératives représentent une part importante et historique du tissu entrepreneurial. De récentes études ont démontré que les coopératives ont réagi mieux que d’autres types de structures à cette longue période de récession, et généré, ces 4 dernières années, des taux de croissance de richesse beaucoup plus importants que les sociétés de capitaux.

La France en a finalement pris également conscience, tant et si bien que le secteur Economie Sociale et Solidaire (ESS) représente aujourd’hui environ 10% du PIB. Il est vrai que jusqu’à il y a seulement quelques années, il était difficile d’expliquer aux français ce qu’était en Italie une coopérative ou même un consortium d’entreprises.
Les Scop, notamment, encore relativement peu connues, enregistrent un développement constant depuis quelques années. A la fin de 2014 les Scop (Société coopérative et participative) actives en France sont au nombre de 2.680 avec 51.000 employés, dont 26.900 associés, pour un chiffre d’affaires consolidé de 4.4 miliards d’euros.

Ce qui attire dans cette formule sociétaire c’est le fonctionnement démocratique, qui peut se résumer par: 1 associé = 1 voix, c’est à dire que chaque associé, indépendamment du capital versé dans la coopérative, a le même pouvoir de décision lors de l’assemblée générale.

Les employés se transforment en co-entrepreneurs, possèdent au moins 51% du capital et 65% des voix et sont rémunérés par leur travail et leurs dividandes sur les recettes. En moyenne 40-45% des profits sont annuellement destinés à un fond de garantie qui assure la continuité de la coopérative.
Cette forme sociétaire s’applique avec succès aux transmissions d’entreprise: un chef d’entreprise qui veut céder ou fermer son activité, peut choisir de ‘passer le témoin’ à ses employés, préservant par la même occasion les compétences et les emplois. En effet, qui mieux que les salariés d’une entreprise en connaissent les dynamiques, les besoins et le contexte général? Ce procédé représente en outre une puissante motivation impliquant pour les employés-associés, l’acceptation d’une importante responsabiltié, bien que partagée.

Afin de favoriser la création ou le passage à la Scop, la loi ‘Economie sociale et solidaire’ du 31 juillet 2014 a introduit les statuts de la ‘Scop d’amorçage’ qui permet de posséder du capital de la part d’ associés non coopérateurs pour une durée de 7 ans, afin d’atteindre plus facilement 51% d’associés coopérateurs, moyennant un investissement fractionné dans le temps.

La Côte d’Azur a enregistré l’un des cas les plus éclatant en France: celui du Groupe Nice Matin; au lieu d’être vendu à des groupes privés internationaux, il a été repris, grâce aussi à une volonté politique locale, de droite comme de gauche, par ses employés. Au lieu de licencier 400 personnes, ce qu’avaient prévu de faire les potenciels repreneurs privés dans leur plan de rachat et de sauvetage, le Groupe a laissé partir spontanément 120 collaborateurs. Il est aujourd’hui géré par ses propres collaborateurs; le future nous dira si c’était la bonne solution.

Nombre d’entreprises italiennes s’adressent au quotidien à la Chambre de Commerce italienne à la recherche d’un service qu’elles ne peuvent trouver ailleurs en France. La CC Italienne aide toutes les entreprises qui souhaitent créer ou transférer une activité en France, afin d’identifier la forme juridique la plus adaptée au projet commercial. N’hésitez pas à nous contacter!